Publié dans Le changement, c'est doucement

Le Défi Green Blog

defi-green-blog-logo4

Comme vous le savez dorénavant, nous avons pris la grande décision de réfléchir à notre manière de mieux consommer, et surtout de moins consommer, afin de faire un geste, de notre petite hauteur, pour la planète (je ne dis pas « notre » planète, car ce n’est pas la nôtre, justement) mais aussi pour notre santé.

Un an après, le chemin parcouru a été grand et nous avons pu mettre en pratique bien des choses, mais tout n’est pas encore parfait, et certaines bonnes vieilles habitudes ont toujours bel et bien leurs places dans notre quotidien.

Lorsque j’ai vu le défi lancé par Maman Youpi, je ne pouvais que sauter sur l’occasion! D’une parce que nous pouvons encore faire davantage de gestes pour la planète.De deux, parce que cela permettre à quelques personnes de comprendre que, non ça ne prend pas tant de temps que ça, que non, ça ne coûte pas vraiment plus cher, et, que, non, ce n’est pas difficile. Il suffit d’un peu de volonté, et surtout de réfléchir à l’avenir que nous souhaitons léguer à nos enfants.
Rien ne sera jamais parfait, tout demande à sans cesse être amélioré, mais si chacun s’y met à sa hauteur, les choses peuvent bouger.

Le but de ce défi est de mettre en place des écogestes au quotidien, même minuscules, afin de protéger la Terre. Cela peut passer par les économies d’énergie ou encore par le changement de nos modes de consommation.

Chez les Stache pas mal de choses ont déjà bougé (je vous en parlerai au fur et à mesure) comme :
– dire au revoir à la surconsommation en réfléchissant à ce dont nous avons réellement besoin ;
la réduction des produits d’hygiène et de beauté, en se focalisant uniquement sur l’essentiel, le bio, le cruetly free et si possible  en utilisant des produits solides (donc sans emballages) ;
– la suppression des produits ménagers chimiques catastrophiques pour l’environnement (produits d’entretien, lessive…) ;
– l’achat des vêtements pour les enfants (et moi aussi d’ailleurs) en utilisant de la seconde main (de nombreux sites ont fleuri, je vous en reparlerai également) ;
– la réduction de notre consommation de viande : une fois par jour pour Mr. Stache et les enfants, plus du tout pour moi (je vous en reparlerai) ;
– la consommation de fruits et légumes de saison ;
– la consommation de produits bio au maximum ;
– la réduction de nos déchets (dans la salle de bain, produits ménagers…) ;
– la fabrication de gâteaux ou pâte à gâteaux que l’on congèle pour le petit déjeuner ou le goûter ;
– l’utilisation de débarbouillettes ou lingettes lavables fabriquées par une amie pour les petits ;
– la fermeture des prises multiples le soir au coucher ;
– les économies d’eau au maximum ;
– le ramassage de déchets dans les sites naturels, plages, etc. ;
– le plus important, l’apprentissage auprès de nos enfants du respect de la planète, de l’importance de l’eau et ne pas jeter n’importe quoi, n’importe où.

Bien entendu, il nous reste plein de choses à améliorer, et comme je le répète à chaque fois, le changement, pour qu’il soit durable, mérite que l’on prenne son temps et que l’on y aille à son rythme.

Pour l’année 2017, nous nous sommes fixés de nouveaux défis qui se lient à merveille au défi GREEN BLOG de Marie.
Ainsi, nous souhaiterions :
* Passer au zéro déchet total dans la salle de bain en arrêtant l’utilisation de coton tige, en passant au dentifrice solide, en stoppant totalement l’utilisation de coton ;
* Investir dans un lombri-composteur ;
* Retenter la coupe menstruelle (bon ça c’est pour moi, hein XD), les dernières tentatives ayant été…Comment dire… Sanglantes… ;
* Réduire toujours plus nos déchets ;
* Utiliser un peu plus le vrac, en ayant un Day by Day à côté de mon travail, cela facilitera les choses ;
* Investir dans des gourdes en inox ;
* Se débarrasser de nos boîtes de conservation, moules, plats en plastiques, pour passer au verre (nous avons commencé mais il y a encore du travail) ;
* Consommer des fruits et légumes de producteurs locaux, soit en commandant des paniers sur internet ou bien en allant dans une coopérative (une coopérative vient d’ouvrir près de chez nous).

Le chemin est encore long, mais le résultat n’en sera que plus beau. Je ne pense pas détenir la science infuse dans ce domaine, loin de là, et je ne jugerai jamais personne, mais j’espère vous donner l’envie de changer quelques « mauvaises » habitudes qui ont des conséquences pour la planète et pour notre santé. Et plus que tout, j’espère vous démontrer que ce n’est pas si compliqué et pas si onéreux!

Vous êtes partants? Et vous, quels gestes aimeriez-vous mettre en place?

defi-green-blog-logo2

Peace & Boujoux

Mumcha

Publicités
Publié dans Dans notre salle de bain, Le changement, c'est doucement

Du bio dans notre salle de bain (de hippies)

La semaine dernière, je vous parlais du changement « radical » de notre mode de vie. Pour se faire, nous avons commencé par une opération de nettoyage de grande envergure dans notre salle de bain et par le changement de nos habitudes en matière de consommation et d’utilisation des produits d’hygiène et de beauté. Nous avons pour cela banni les produits pouvant être dangereux pour notre santé mais aussi et surtout pour l’environnement, appris à consommer intelligemment et surtout à oublier l’excès provoqué par la sur-consommation.

Seulement quand on n’y connait rien, ce n’est jamais évident de se lancer dans le grand bain.

Le premier gros point a été d’apprendre avec quoi nos produits étaient fabriqués. La liste des ingrédients d’un produit, relève du Chinois et impossible de savoir, au début, si tel ou tel ingrédient était dangereux ou non pour notre santé. Ces noms ubuesques inscrits sur les listes d’ingrédients sont appelés « INCI ». Il s’agit de l’International Nomenclature Cosmetics Ingredients ou nomenclature internationale des Ingrédients Cosmétiques. C’est bien, pour les connaisseurs. Pour le consommateur lambda, c’est-à-dire, vous et moi, c’est juste du charabia.
Heureusement, il existe un super site pour nous expliquer ce que chaque INCI signifie. Il permet de vérifier chaque ingrédient de votre produit de beauté, ainsi que sa fonction et sa nature : c’est ici!.
La Vérité sur les cosmétiques m’a permis d’apprendre à reconnaître les produits à éviter totalement et ceux à qui l’on peut faire confiance, les yeux fermés.

Notations des ingrédients sur Laveritesurlescosmetiques.com

très bien

bien

satisfaisant

passable

insuffisant

déconseillé

 

Au début, j’ai pris le parti de :
* me séparer de tous les produits contenant plus de 2 ingrédients notés avec 2 ou 3 smileys rouges, pour nous, sinon nous les avons finis ou donnés ;
* me séparer de tous les produits contenant 1 ingrédient notés rouge et orange pour les enfants. Aucune concession n’a été faite.

Voici, pour exemple la composition de notre ancien gel douche, du gel douche familial que nous utilisons en ce moment et d’un gel douche que l’on trouve en hypermarché, Mixa bébé :

capture-du-2016-11-23-19-03-09

Gel moussant ATODERM de BIODERMA
(« pas si mauvais », « seulement » deux ingrédients classés « insuffisant », mais suffisant pour le rayer de notre liste, surtout pour Zarico.)

20161121_203149

Gel lavant universel familial COSLYS 

20161121_214749

Gel douche Mixa bébé 

Au départ, je dois l’avouer, c’est plutôt fastidieux. Je dirai que c’est la partie qui prend le plus de temps. Il me semble me souvenir d’y avoir passé une journée complète pour lister tous les ingrédients présents dans les produits de beauté et d’hygiène que nous avions en notre possession. J’en avais énormément aussi… Le résultat fut alarmant.
Ce site est un indispensable pour commencer. Je l’utilisais tout le temps, pour chaque nouveau produit. Aujourd’hui, je parviens à faire sans. Au fur et à mesure, on retient les INCI les plus mauvais et on parvient à reconnaître ceux qui sont totalement inoffensifs. Il m’arrive encore d’y faire un tour lorsque j’ai un doute.

Je m’étais également aidée de cet article de notre-terre.info très bien fait pour mettre en place mon tri. A garder sous le coude à la moindre interrogation, il reprend les principaux ingrédients chimiques à évincer totalement de son quotidien. A consulter!
En attendant, voici la liste des grandes familles à éviter (plus de détails dans l’article de notre-terre) :
* Alkyphénols (tous les produits INCI finissant par « ___phénol ») => perturbateurs endocriniens / catastrophique pour l’environnement ;
* BHA : antioxydant => perturbateurs endocriniens ;
* Dioxyde de titane (oxyde de titane, titanium dioxyde…) : agent blanchissant ou pigmentant => cancérogène ;
* 2-phénoxyethanol ou ether de glycol : solvant => fort allergisant, risque cancérogène ;
* Formaldéhyde (connu sous le nom de formol) => cancérogène, allergisant, irritant ;
* Huile et cire de silicone => catastrophique pour l’environnement ;
* Iodopropyl : conservateur ;
* Lyral : parfum ;
* Parabènes : conservateur à large spectre => allergisant, vieillissement accéléré de la peau, perturbateur endocrinien (suspecté) ;
* PolyEthylène Glycol : agent tensioactif => tous les PEG peuvent contenir des métaux lourds et donc être cancérigènes ;
* Perfluorés => causeraient une diminution du nombre de spermatozoïdes ;
* Phtalates : parfum => perturbateur endocrinien (atteinte à la reproduction, malformation des organes, obésité, puberté précoce), certains phtalates sont interdits ;
* Sodium Laureth/lauryl Sulfate (SLS) Attention, ils peuvent être présents dans les cosmétiques bio! ;
* Triclosan : antibactérien => catastrophique pour l’environnement, perturbateur de la glande thyroïde… On en retrouve des traces dans le sang, les urines et même le lait maternel…

Au fur et à mesure, on découvre de nouvelles choses. On pense faire bien, mais on découvre un nouveau truc, et on se rend compte que ce n’est pas si bien. Je tiens à le rappeler, le changement est long, il prend du temps. On apprend au fur et à mesure, et il ne faut pas se décourager. Je pense également qu’il faut se fixer des limites au départ, à vouloir trop en faire, on s’y perd.
Pour le commun des novices, le bio, c’est sûr, on peut y aller les yeux fermés. Pas toujours… Exemple avec le sodium laureth sulfate.

Pour choisir mes produits, je me repère grâce aux labels. Les principaux étant ceux-ci :

capture-du-2016-11-23-22-01-45

Bien entendu, il y en a d’autres. Mais je pense que pour commencer, c’est amplement suffisant (tu apprendras avec le temps que je ne suis pas une radicaliste du bio, et je préfère pour le moment, agir à ma hauteur et prendre mon temps dans mon « apprentissage »).
Par contre, on peut vite être amené à penser que les produits « bio » ne sont pas testés sur les animaux. Encore une fois, ce n’est pas toujours spécialement vrai…
Cette liste non exhaustive (en cours de mise à jour) est également à garder sous la main! Elle permettra de repérer en un coup d’oeil quelles sont les marques Cruetly Free (aucun test sur les animaux).

Autre article pouvant servir, un comparatif de substances toxiques dans les cosmétiques rédigé par l’UFC Que choisir. Il permet de repérer rapidement les produits et/ou les marques à totalement oublier. Il est simple d’utilisation grâce à ses raccourcis de recherches. 237 produits et marques (et l’on tombe de haut avec certaines…) ont été testés, ce qui fait déjà un bon panel.

Tout ça a de quoi foutre la chaire de poule et l’ampleur de la tâche, immense, surtout quand je raconte que j’ai passé ma journée à éplucher tous nos produits… Mais le constat est lourd et vite effrayant. Dans notre cas, il a été alarmant. Nous utilisions des produits, pourtant de « marques » (surtout achetés en parapharmacie, donc chers), plein de cochonneries. Il faut juste garder en tête, que d’après une étude, une semaine suffirait pour que le corps évacue tous les produits nocifs présents dans les cosmétiques.
Finalement, on apprend assez vite à vivre sans tous ces produits. Il suffit de s’y mettre pour se rendre compte que ce n’est pas du tout compliqué… Et que, c’est surtout économique!

Je m’explique, avant de passer au bio, une armoire de salle de bain ne me suffisait pas pour entreposer tous les produits cosmétiques que j’avais. Aujourd’hui, seulement deux étagères me suffisent. Passer au bio, signifie consommer intelligemment. Je ne pense pas que l’on puisse faire l’un sans l’autre. C’est pourquoi, le tri dans la salle de bain n’a pas seulement eu pour but d’évincer les produits nocifs pour notre santé, il a également permis de me rendre compte ce dont j’avais réellement besoin.
Par exemple, inutile pour moi d’avoir 34 vernis à ongles (oui 34), je n’en porte que rarement, voir même jamais, ou bien toujours les même teintes.
La surconsommation est également très nocive pour l’environnement, impact carbone, surproduction, épuisement des ressources naturelles, produits chimiques utilisés pour produire… Et, j’en passe.

Une petite année plus tard, voici ce que tu peux trouver dans ma salle de bain. Tout n’est pas encore parfait, nous limitons de plus en plus les produits, surtout les contenants en plastique et il nous reste encore des choses à changer (notamment des brosses à dents écolo, des oriculis afin d’arrêter notre consommation de cotons tiges…). Cependant, je pense qu’en un an de temps, nous avons déjà fait un grand pas. Notre prochain véritable objectif est de réduire nos déchets significativement.

20161121_183052

Pour la toilette quotidienne : 
* Gel lavant universel COSLYS => uniquement en gel douche pour moi, en gel douche et shampoing pour Z. ;
* Shampoing MELVITA (que je termine avant de passer au shampoing solide home made) ;
* Savon solide de Marseille fait maison par Jean-Michel DIY (recette à retrouver bientôt sur le blog) => désormais Môssieur se lave avec son savon, nous nous en servons également comme lave-main, détachant et lessive (recette à retrouver bientôt sur le blog) ;
* Sur la photo, il manque un savon au lait d’ânesse et au tea-trea, que j’utilise pour mon visage (ce savon est artisanal et fabriqué dans une petite ferme certifiée bio sur notre lieu de vacances) ;
* Déodorant solide fait maison ;
* Dentifrice MELVITA (nous allons passer au dentifrice solide LAMAZUMA).

20161121_182925

* Pour hydrater mon corps : huile végétale de coco ;
* Pour mon visage (acné) : je mixe huile végétale de noyau d’abricot et huiles essentielles de citron et tea-tree (arbre à thé) ;
* Pour me démaquiller : démaquillant pour les yeux AVRIL et des débarbouillettes faites par une amie.

20161121_183153

Maquillage : 
* Fond de teint BOHO (j’en ai testé plusieurs, mais c’est celui-ci que je préfère) ;
* Poudre libre BOHO ;
* 2 rouges à lèvre, 1 BOHO, 1 AVRIL ;
* 1 gloss BOHO ;
* 1 eye liner noir AVRIL ;
* 1 crayon noir BOHO
* 1 mascara noir BOHO (topissime!) ;
* 1 vernis BOHO ;
* Et, mea culpa, mes palettes urban decay…

20161121_182823

Pour L. : 
* Liniment oléo-calcaire fait maison et débarbouillettes (changement de couche, nettoyage du visage et des mains) ;
* Pour l’hydratation (je ne peux pas passer outre, elle a la peau très sèche) : huile végétale d’amande douce, à éviter avant 4 mois pour les risques d’allergie;
* Pour le lavage : un savon au lait d’ânesse artisanal certifié bio (idem acheté en vacances, j’en fais un stock) ;
* En cas d’érythèmes : crème pour le change au calendula (très peu servi, le tube en témoigne, je l’ai depuis juin).

200-7

Peace & Boujoux, 
Mumcha

Publié dans Le changement, c'est doucement, Papotage

Le Réveil de la force (hippie)

Je suis le genre de personne qui déteste le changement. Bon, disons-le honnêtement, je fuis le changement. Ça m’insupporte, ça me file la gerbe et me colle de l’herpès. J’ai à peine 28 ans, et, je l’avoue, j’aime mon petit carcan quotidien, mes petites habitudes de mamies. Je ne suis pas le genre de fille qui fait les choses sur un coup de tête, qui organise quoique ce soit au dernier moment ou sans un long cheminement intellectuel. D’une parce que ça me déstabilise totalement. De deux parce que qui dit changement, dit sortir d’un longue et indéfectible habitude de « procrastination ».

Alors, si deux ans plus tôt, on m’avait dit qu’en 2016, on obtempérerait un si gros changement, je me serais tout simplement marrée. Et, si en plus, on m’avait sorti que tout partirait d’une résolution de nouvelle année, je me serai étouffée avec ma gorgée de bière/vin/champagne…
Je ne prends jamais de résolutions, pour la simple et bonne raison que j’ai pris la bonne résolution, il y a de ça 5 ans, de ne plus prendre de résolutions. D’ailleurs, bizarrement, c’est la seule résolution que j’ai réussi à tenir dans le temps.

Pourtant, cette idée me trottait dans la tête depuis un certain temps, les sujets polémiques se multipliaient au fur et à mesure des mois. Un scandale sur tel ou tel produit explosait d’année en année. Cependant, l’ampleur de la tâche, et surtout du changement me semblait beaucoup trop importants, peut être même, insurmontables. Mais, par dessus tout, il fallait passer au dessus des habitudes, et comme on dit, « les habitudes ont la vie dures ». Des habitudes que l’on avait prises, l’un comme l’autre, depuis que nous étions petits. Des habitudes, des manies auxquelles on ne réfléchissait même plus et qui étaient devenues machinales.

giphy

J’étais enceinte de L. lorsque qu’un article (l’article de trop?) sur les ingrédients contenus dans les produits pour bébé est paru. Je ne pouvais plus faire comme-ci. Je me suis donc penchée sur le sujet et au fur et à mesure que je me renseignais, que je lisais, je tombais dénue (bon je me doutais déjà qu’il y avait anguille sous roche, mais peut être pas à ce point). Bien évidemment, je connaissais les vilains « paraben », « phtalates », « silicone », etc. Je les fuyais comme la peste. Je me sentais à peu près protégée. Sauf que, non. Malgré nos efforts, les produits que nous utilisions au quotidien, depuis notre enfance, comme une routine, nous empoisonnaient à petit feu. Et pire, empoisonnaient également notre planète. On peut se ficher de sa santé, mais pas de l’environnement et encore moins de la planète.

Il fallait que ça change. Il fallait que l’on change.

challenge-accepted-reaction-gif-11

Nous nous sommes alors dit, que le début d’année serait un parfait point de départ. Je dis « nous » car dans l’histoire, Mr Stache a suivi l’aventure. Je pense que c’est important d’être deux pour affronter un tel changement. On se dit que ce n’est rien, que ça va être simple. Aujourd’hui, je peux, je pense, affirmer le contraire. A chaque fois que l’on retournait une étiquette, la liste des produits à rayer de notre quotidien se multipliaient.

Janvier est arrivé, il était temps de faire du tri. L’ampleur de la tâche était assez inquiétante, et il allait falloir opérer cette aventure de manière méthodique.

giphy-4

Nous nous sommes d’abord attelés à la salle de bain et plus particulièrement aux produits d’hygiène. Un an après, je ne regrette pas la méthode que nous avons mise en place.
Rien ne sert de vouloir tout faire en même temps, tout d’abord parce que ça prend du temps, mais aussi parce que, on ne va pas se mentir ça coûte de l’argent de devoir refaire son stock de produits.

J’ai d’abord fait un énorme travail de tri : d’un côté, jeter tous les produits périmés (et Dieu sait qu’il y en avait) et de l’autre donner les produits dont nous n’aurions plus l’utilité (oui je donne mon cancer en bouteille aux autres, je sais). Arrivé à ce stade, il ne nous restait pas grand chose. Après avoir terminé gels douche, shampoings, dentifrice et maquillage en cours, nous avons acheté des produits bio et sains. Et, surtout, nous avons réduit, bon ok, j’ai réduit (divisé par 5, je dirai) mes achats pour la salle de bain. Terminé les  12 shampoings à peine entamés qui s’entassent sur le rebord de la baignoire, bye bye laque, gel et autres produits aérosols… Désormais, je me pose la question suivante « en ai-je réellement besoin? ».

Dans notre salle de bain, on trouve – je ferai un article plus complet – :
Pour moi : 1 savon, 1 shampoing, un savon solide pour me laver le visage, 2 huiles végétales (visage et corps) et des huiles essentielles, un déo solide.
Pour le maquillage : un fond de teint, une poudre, un crayon, un mascara et du fards à paupière (pas bio, je l’avoue, mais à 50€ la palette, je ne me sentais pas de m’en séparer), un démaquillant et des débarbouillettes.
Pour Mr Stache : un savon, déo solide maison.
Pour les enfant : savon solide, une huile végétale d’amande douce, crème pour le siège (pour L.), du liniment oléo-calcaire maison, des débarbouillettes.

J’ai également énormément réduit ma consommation de médicaments « industriels » et préféré les médecines douces, et notamment l’aromathérapie qui marche étonnement bien sur ma SPA.

Les concessions ne sont pas toujours évidentes à faire et il faut dire au revoir aux habitudes/clichés bien ancrés. On oublie les odeurs de bonbons gélifiés dans le gel douche, de fleurs rose de l’Himalaya dans les cheveux. On dit bye bye aux gels douche et shampoings qui moussent, qui moussent! C’est une habitude à prendre, mais au départ, c’est un peu déconcertant, quand on a toujours été habitué à « si ça mousse, c’est que ça lave! ».

giphy-1

Au tout début nous achetions, mais, avec le temps, Mr Stache c’est vraiment pris au jeu et s’est transformé en « Jean-Michel DoItYourself ». En juin, nous avons tenté l’expérience du déo maison (terriblement efficace), et, depuis septembre, nous nous lavons avec un savon solide qu’il fait maison. La semaine prochaine, on tente le shampoing solide home made. On fait d’une pierre, deux coups, par la même occasion : on réduit un maximum nos déchets, puisque tout est quasiment solide et donc contenu dans des bocaux soit en verre soit en métal, ou bien dans des bols (pour les savons).

Résultat : cela doit faire 7 ou 8 mois que je n’ai pas mis les pieds au rayon hygiène et beauté de notre supermarché.

Une fois que la salle de bain a fini de subir le joug de notre chasse aux produits chimiques et dangereux, nous sommes passés aux produits ménagers. Là, rien de bien compliqué, mais il faut bien se renseigner, et apprendre en lisant. Pour faire le ménage efficacement pas besoin de Mr Propre, juste d’huile de coude, de produits de base naturels et surtout pas chers!
Aujourd’hui, absolument plus aucun produits ménagers industriels ne traîne chez nous. Bon, Jean-Michel DoItYourself y est pour beaucoup : lessive, produits vaisselle et lave-vaisselle, produits « désinfectant », « anticalcaire », tout est home made, by Sir Jean-Michel, of course!

200_s

S’en sont, par la suite, suivis de gros changements alimentaires, mais ça c’est une autre histoire (je vous en reparle très vite).

Le changement n’est pas simple mais avec un minimum d’organisation, il se fait facilement et coule de source, un petit changement en entraînant un autre, et ainsi de suite.
Il faut se mettre un bon coup de pied, mais, aujourd’hui, quasiment un an après, je ne regrette en rien notre décision. Les résultats sont là et on ne culpabilise plus de mettre ou d’utiliser des produits pas forcément clean sur nos enfants.
De mon côté, mon eczéma (que j’ai depuis la naissance) et mes allergies ont presque totalement disparu. E. et moi faisons beaucoup moins de crises d’asthme.

Beaucoup pensent que le « bio » coûte cher, je répondrai que non, en tout cas pour les produits d’hygiène. Tout simplement, parce que je pense que, quand on décide de faire la démarche du « mieux consommer » on doit mettre un énorme coup de frein à la surconsommation. Et, je pense que, de toute manière, il se fait naturellement. Avant janvier 2016, j’avais 3 fonds de teint, pourquoi? Je ne sais pas. Il y en a même un que je n’avais jamais ouvert… A présent, ça me paraît inconcevable.
A ceux qui pensent que c’est une mode, ben, là je n’ai pas grand chose à dire. Pensez-le si cela vous chante. Dans notre cas, en tout cas, le mieux consommer n’est pas une mode quelconque, de toute façon, je ne pense pas que ce soit une mode, je préfère penser que c’est une prise de conscience et non une conspiration du Larzac…

200-7

(comment ma grand-mère me voit aujourd’hui, – sans les poils -)

Bref, notre cheminement est loin d’être terminé et il continue sont petit bonhomme de chemin au fur et à mesure. Nous prenons notre temps, car comme un régime plus on prend le temps de perdre ses vieilles habitudes, plus les chances qu’elles reviennent,  s’amenuisent pour mieux disparaître.

La suite au prochain épisode…

Peace & Boujoux,
Mumcha

Publié dans Le changement, c'est doucement

Le changement, c’est doucement

Je n’ai pas écrit depuis des lustres, depuis le 27 juillet pour être très exacte. Le dernier article que j’ai publié n’était pas des plus gais, et ce qui l’a inspiré encore moins. Suite à tous ces événements, il m’a fallu beaucoup, beaucoup, beaucoup (trop) de temps pour retrouver le chemin du blog. J’ai voulu me recentrer sur les essentiels, ma famille et la vie.

Depuis quelques mois déjà, je voulais créer un renouveau sur ce blog. Blog, qui ne me convenait plus, et, qui ne collait plus du tout à à notre nouvelle façon de vivre et de penser et, surtout, à notre quotidien. Je ne savais pas par où commencer, et, comme d’habitude, j’ai pris le pli de la procrastination. Sauf que, le temps a défilé, encore et encore, petit à petit, mais finalement trop vite, et ces changements ont eu le temps de s’installer, de prendre de plus en plus de place, jusqu’à devenir naturel.

cropped-couronne-fleure-chat11.jpg

Désormais, je sais à peu près de quoi je parle, et j’aimerai vous le faire partager, tout en supprimant d’autres traits du blog, qui ne m’attire plus du tout et qui m’en ont d’ailleurs éloignée.

Par cet article, que j’ai bien du mal à rédiger, je vous annonce donc mon retour, ou mon arrivée, tout dépend du point de vue. Je tenais également à vous informer que le blog va changer, que de nouvelles rubriques vont apparaître alors que d’autres vont disparaître, pour que cela colle le plus possible à ma nouvelle « ligne » éditoriale.
Vous trouverez donc beaucoup (beaucoup beaucoup) moins, voir plus du tout, de concours. Ils ne m’attirent plus, je ne cherche plus les vues, ni les likes. Je ne veux plus être une vitrine publicitaire, ou alors, pour des marques que j’affectionne réellement, qui me tiennent à cœur et qui sont en adéquation avec nos convictions. Je souhaite que ce blog devienne, ou plutôt, redevienne un lieu d’échanges, avec de vraies personnes, de véritables habitués (ou pas), un lieu où l’on dialogue, et non des « clics » éphémères qui s’échapperont une fois les lots gagnés.
Je souhaite vous offrir un blog qualitatif et non quantitatif, je souhaite écrire des articles qui m’inspirent et non des articles répondant aux besoins des marques.

Bien sûr, je présenterai toujours des produits qui me plaisent, qui nous ressemblent et qui s’inscrivent dans notre nouveau mode de vie.

Je vous dis donc à très vite où, cette fois-ci, je vous raconterai tout!

Des bisous et des choux,

Mumcha