Publié dans Humeurs

Assise sur mon trône – un an plus tard

Quoi de plus beau que de revenir après une très longue pause (mais bon tu dois commencer à t’y faire avec moi) pile un an après ce grand chamboulement dans nos vies, pile un an après ce jour, où, assise sur mon trône, j’apprenais que nous serions parents pour la deuxième fois .
Je suis comme ça, je vais, je viens, et puis, je n’ai pas envie d’écrire parce qu’il faut écrire, ou bien me sentir obligée de le faire pour faire du contenu, pour vendre, pour plaire. J’écris parce que j’aime ça, parce que j’aime prendre le temps de poser les mots, de choisir les bons termes. Je me sens bien trop vite dépassée par les événements, même à 28 ans, et, le peu de confiance que j’ai en moi me pousse très souvent à me taire plutôt que d’écrire des choses dont je pourrai trouver la plume plus que médiocre par la suite.

Cette date anniversaire me semblait parfaite pour revenir, pour réécrire, pour lâcher, ici, un petit bilan de nos vies, de ce merveilleux chamboulement qui a détonné dans nos vies. J’avais comme l’envie de répondre à toutes ces questions que je me posais il y a un an.

Ce même 18 Mai, une année plus tôt, assise sur mes W.C., j’étais totalement perdue. Les interrogations se multipliaient dans ma tête. Je ne savais pas si je devais exploser de joie ou fondre en larmes. Un enfant, ça change tout, alors deux? Comment allions-nous gérer l’imprévisible? Moi qui aime que tout soit programmé à l’avance, prévu. Moi qui ait besoin que tout soit bien clair, précis, posé. Je tombais né à né avec l’imprévu… Pour la première fois, je devrais surmonter mes peurs et mes angoisses à ce sujet, mais c’était sans compter sur mon esprit perturbé.
Trop de questions d’adultes responsables s’entassaient à la porte de mon cerveau bien loin d’être assez mature pour y répondre…
Comment allait réagir Zarico? Comment gérerions-nous la place dans un appartement qui ne contenait que deux chambres? Comment allait se passer cette grossesse?

Finalement, j’ai pris très vite une assez grande décision qui ne me ressemble pas du tout. J’ai décidé d’avancer au jour le jour. « Tout irait bien », voilà ce que je me suis dit. J’ai pris les choses telles qu’elles venaient. J’ai appris à apprécier chaque instant. Pour la première fois depuis très longtemps je me suis sentie sereine, et, un an plus tard, c’est toujours le cas.

Zarico a très très bien accepté sa sœur, bien mieux que ce que j’aurais pu imaginer. Bien sûr, il nous en a fait voir, il y a eu des moments difficiles, il voulait montrer qu’il était toujours là, qu’il ne fallait pas l’oublier. A force de patience, d’écoutes et de discussion, tout est rentré dans l’ordre et la vie n’est que plus belle. Il adore sa sœur et est très présent pour elle. Il a toujours de petits gestes sincères et plein d’amour envers elle. Quand à Lady, elle n’a d’yeux que pour lui. Dès qu’elle l’aperçoit, son regard s’illumine et elle éclate de rire. Elle pourrait le regarder des heures.
Certainement que ça ne durera pas, mais pour le moment, je me nourris de leur amour contagieux.

13177537_10206701347515156_3550739313628662449_n

Finalement, l’appartement n’est pas trop petit, nous avons fait de la place et l’arrivée de notre quatrième petite colocataire s’est faite très naturellement. Pour le moment, elle dort encore dans notre chambre, mais, d’ici quelques semaines, elle devrait rejoindre son frère dans leur chambre commune.

Avoir un enfant a changé ma vie et mon quotidien. C’est certainement la plus belle chose qui me soit arrivée.
Avoir un deuxième enfant a changé ma vision de la vie, je relativise tellement mieux tout ce qui se présente à moi. Elle a réussi à me donner une merveilleuse leçon, la plus grande sans doute. On ne peut pas tout prévoir, mais parfois, l’imprévisible apporte de merveilleuses choses. Elle aura réussi à me changer. Moi, grande angoissée de la vie, moi qui avait peur que tout coule à travers mes doigts, s’enfuient pour ne plus revenir, j’ai appris à lâcher prise. Je prends désormais les choses telles qu’elles viennent et m’en contente.

Je le vois, et mon entourage, également. Je ne suis pas sure que beaucoup comprennent ce changement de comportement. Il faut dire qu’il y a plus d’un fossé entre la maman que j’ai pu être lors des premiers mois de Zarico et celle que je suis aujourd’hui.
Je crois que je peux dire aujourd’hui, avec certitude, qu’à l’arrivée Zarico, mon deuil n’était pas totalement terminé. Je m’angoissais de tout, j’avais peur, peur qu’il lui arrive quelque chose, que je ne sache pas faire correctement, peur de ne pas l’aimer comme il faut, de ne pas me comporter comme il se doit. J’avais peur qu’il s’en aille sans que je ne puisse le retenir. J’étais tellement terrifiée de le perdre que j’en ai perdu le temps de profiter. J’ai oublié de savourer chaque instant avec lui tellement je restais focaliser sur le fait qu’il puisse lui arriver quelque chose. J’ai oublié d’être une maman, tout simplement. Aujourd’hui, je m’en rends compte, et ça me rend tellement triste. J’ai l’impression d’avoir gâché des instants précieux à ne pas vouloir trop me laisser vivre, à ne pas vouloir trop en profiter, peut être à trop vouloir m’y attacher de peur que, lui aussi, j’en vienne à le perdre.

La naissance de Lady m’aura apporté beaucoup de choses, et, un an après cette nouvelle fracassante, je peux dire que je ne suis plus du tout la même. Dorénavant, je profite un maximum de mes enfants. Je ne veux plus gâcher mon temps à me poser des milliers de questions, je veux profiter, un point c’est tout.
Bientôt 4 mois que nous vivons ainsi et, pour rien au monde, je ne changerai cette nouvelle philosophie de vie.
Voilà, un après ce monumental coup de tonnerre dans nos vies, un an après ce pipi sur cette bandelette, un an après ce mystérieux, merveilleux et flippant « enceinte », je peux t’assurer que la vie n’aura jamais été aussi jolie.

Publicités

Un commentaire sur « Assise sur mon trône – un an plus tard »

  1. Quel plaisir de lire ton bonheur dans cet article, je m’y reconnais un peu dans le fait de beaucoup relativiser depuis que l’on a les loulous, on ne voit plus les choses de la même manière. Vous avez l’air de trouver votre équilibre à 4 et le grand frère joue son rôle de protecteur à la perfection ( il se comporte comme le mien à l’époque où louloute était bébé et ça dure pour l’instant, ils sont très complices c’est trop craquant 🙂 ) Je te souhaite de continuer ainsi pleins de bisous à vous 4.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s