Publié dans Grossesse

C’est la fin…

Et voilà…

« This is the End » comme dirait Adele.

Il fallait bien que ça arrive, tu me diras.

Pourtant, je me plains. Oh, que je me plains, je ne sais même pas comment M’sieur Stache, et tout mon entourage d’ailleurs, peuvent décemment encore me supporter sans avoir comme arrière pensée, l’irrépressible envie de me trucider.
Je répète que c’est long, que je n’en peux plus, que je me traîne. Chaque mouvement est à la limite de l’ouverture des vannes qui me servent de glandes lacrymales. Il y a des moments, j’ai tellement envie de l’expulser de son 1 pièce, que je serais presque prête à tenter un saut à l’élastique, pour ne plus avoir cette sensation que mon bassin va sortir de mon corps.

Puis, l’instant d’après, je me dis qu’il ne nous reste plus tant de temps que ça. C’est une histoire de semaines maintenant, 2 tout au plus, voir quelques jours. Que ce 2en1 va bientôt cesser, et qu’il faudra la partager, la laisser être porter par « les autres », laisser ces « autres » s’en occuper.

Je me dis aussi que c’est très certainement ma toute dernière grossesse. Ce sont mes tout derniers instants avec ces formes que je chéris tant, celles qui me font me sentir bien dans mon corps. Réellement. Je sais qu’une fois qu’elle sera là, je retrouverai ce ventre « tout rayés » comme dirait Zarico. Je sais pertinemment qu’il me faudra du temps pour le regarder ou oser le croiser dans le miroir. Je sais que je recommencerai à cacher toutes ces formes disgracieuses qui s’insupportent. Je repasserai de la fille « épanouie et joyeuse » à celle qui se laisse aller et qui n’a aucune volonté. Je devrais de nouveau me justifier quand on me demandera où en est ma perte de poids.

Enfin, nous y voilà, on ne peut plus reculer, nous sommes au dernier mois, au tout dernier. C’est la fin de notre cohabitation.

Elle sera bientôt là. Notre Petite Surprise, celle que l’on n’attendait pas. Celle que l’on espérait pas tout de suite, mais qui nous rendu les plus heureux du monde. Celle qui nous a fait le plus beau cadeau. Celle qui aura éclairé cette sombre année 2015 et redonné un peu d’espoir à nous, pauvres adultes, perdus dans le vacarme des atrocités des Hhommes, va très bientôt pointer le bout de son nez.
Cette toute petite chose va faire de nous à nouveau des parents, va faire de notre tout petit Zarico un GRAND frère.

Au départ, je voulais faire un bilan de chaque mois de grossesse mais je suis comme ça. Je me dis que je le ferai demain, que j’ai largement le temps. Sauf que non, tout est passé si vite. Faire le bilan, c’est aussi dresser le compte-rendu de quelque chose de passée, c’est en quelque sorte poser les mots sur quelque chose de terminée. Si je pose les mots, tout devient trop concret. Je suis comme ça, ça me file la frousse de faire des bilans.
Alors, j’ai remis au lendemain, et je n’en ai fait aucun. Je crois que je regrette un peu en fait parce que je me rends compte que 3 ans après, j’ai oublié pas mal de choses de ma Zarico’s grossesse.

936615_10205786011352324_2632168948718363261_n

Ce qui me restera comme souvenir, ou plutôt comme sentiment, de cette grossesse, c’est qu’elle aura été paisible malgré ses débuts difficiles. Elle aura réussi à me faire oublier les angoisses terribles que j’ai pu ressentir pour celle de Zarico. J’ai voulu en profiter à fond, et m’autoriser cette grossesse papillon, que jusqu’alors, je pensais être inatteignable. Finalement, j’aurai réussi, sans trop m’en donner les moyens, de vivre une grossesse sereine, sans trop me poser de questions. Sans doute parce que dès le début, je me suis dit que c’était une grossesse surprise et qu’il fallait la prendre comme elle venait.

Pourtant, au départ, elle a pris le même chemin que celle de Zarico, un placenta bas inséré, un hématome rétro placentaire qui m’obligeait à rester au repos quasi total. Ça ne présageait rien de bon pour ces 9 mois. J’ai eu peur de devoir revivre dans une bulle jusqu’à l’accouchement. Heureusement, tout est rentré dans l’ordre assez rapidement.
Certes les crises articulaires ont vite pris le dessus mais j’ai décidé de ne pas les retenir, ce serait leur accorder trop d’importance.

Voilà pourquoi, tout ce que je retiendrai, ou que je veux retenir, de cette grossesse, c’est une grossesse sereine, en accord avec moi-même, sans trop d’angoisses, mises à part les classiques, que toute femme enceinte se pose. J’ai l’impression d’avoir su, enfin, profiter à fond de ces 9 mois, d’avoir chéri chacun de ces moments. Je me suis sentie tellement bien, tellement accomplie, tellement heureuse.
C’est peut être aussi pour ça que je n’ai pas vraiment hâte que cette aventure se termine.

Puis en même temps, j’ai tellement, tellement hâte qu’elle arrive. J’ai tellement hâte de voir à quoi elle ressemble. Je sais que je la trouverai belle quoiqu’il arrive. J’ai tellement hâte de la serrer dans mes bras, de l’embrasser, de voir les yeux de M’sieur Stache quand il verra sa fille pour la première fois.
J’ai tellement, tellement, tellement, hâte de voir Zarico la découvrir, de voir sa réaction, de voir comment il va se comporter face à ce tout petit bébé. J’ai tellement hâte que l’on commence cette nouvelle vie à quatre, même si cette nouvelle vie, inconnue, me fout la trouille.
Puis ne nous mentons pas non plus, j’ai hâte de pouvoir me mouvoir normalement, de pouvoir dormir la nuit, de reprendre une activité normale, de pouvoir reprendre possession de mon corps, de pouvoir m’occuper de nouveau de mon Z. comme je l’entends.

Voilà, c’est la fin. Ce n’est plus qu’une question de jours maintenant, 18 tout au plus. Alors j’essaie de profiter de ces derniers instant tout en étant folle d’impatience de rencontrer cette petite Lady.
En fin de compte, la grossesse, du début à la fin,  ce n’est qu’une terrible histoire de bipolarité

Maintenant, on peut le dire, on t’attend terriblement impatiemment!

Publicités

4 commentaires sur « C’est la fin… »

  1. Ah comme je te comprends. Chaque grossesse à son lot de surprises. Et est bien différente! Allez tu tiens le bon bout, penses à celles à qui il reste encore 2 mois!!! Et puis elle est bientôt la. Nouvelle aventure à 4!

    1. Oui je pense bien à vous mais là j’avoue je la joue un peu égoïste ^^ Le pire c’est que je sais que je vais vite regretter ces moments rien qu’à nous! BOn courage à toi 🙂

  2. Courage à toi, je t’envoie plein de bisou en espérant qu’ils te soutiendront dans ces derniers instant à la fois difficile et appréciable, profites t’en que tu peux encore. bisou bisou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s