Publié dans Humeurs, Papotage

Un petit bout de femme

J’ai voulu vous parler d’elle des milliers de fois, sans n’avoir jamais osé le faire. La pudeur certainement. La crainte de me dévoiler et de mettre à nu mes sentiments sûrement.

Il y a un petit bout de femme présent dans ma vie depuis longtemps. A vrai dire, depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. Elle a toujours été là en fait. C’est normal me direz-vous.

Ce petit bout de femme fait partie intégrante de ma vie. Je ne l’imagine pas sans elle. Je ne pourrais pas en fait.

Elle ne paraît pas bien grande comme ça. Au premier regard vous vous direz même qu’elle a plus l’apparence d’un petit moineau tout frêle tombé du nid trop tôt. C’est peut être un peu vrai. Mais il ne faut pas s’y méprendre. Ce petit moineau est drôlement plus fort qu’il n’y paraît. A la connaître, vous seriez même étonnés. Il en a porté et supporté sur ses épaules des sacs d’enclumes, ce petit bout de femme. Sans jamais broncher. Il s’est relevé de nombreuses fois, seul (bien trop seul à mon goût d’ailleurs), sans ne rien demander à personne, quand des tas seraient restés à terre.

Quand on y réfléchit bien, ce petit bout de femme force l’admiration, mais pour ça, il faut parvenir à briser la carapace qu’il s’est forgé depuis bien des années. Ce tout petit bout de femme s’est construit tout seul. Elle est partie de rien pour arriver à ce qu’elle est aujourd’hui, une femme accomplie, pleine de ressources, d’ambition (parfois trop étouffée), de force et de convictions ; une personne dévouée et bien trop courageuse.

Ce petit bout de femme ne s’est jamais vraiment écouté. Tout ce qui a toujours et uniquement compté pour cette femme, ce sont « ses deux Bonnes Etoiles » comme elle les appelle.
Elle ferait n’importe quoi pour elles, pour leur bonheur et leur bien-être.
Elle pourrait soulever des montagnes pour elles. Elle l’a déjà fait, de nombreuses fois, trop sans doute, mais elle le referait des centaines de milliers de fois les yeux fermés.
Certains diront qu’elle en fait beaucoup trop pour ses deux protégées, qu’elle est trop présente dans leur vie, qu’elles sont trop fusionnelles. Elle s’en fout. Et, elle sait être une vraie tigresse contre quiconque essaierait de briser ses étoiles.
Alors bien sûr, ces Etoiles là, elles en ont profité, maintes et maintes fois, par manque de maturité, par inconscience même, trop habituées à ce que ce soit comme ça. Elles savent très bien qu’elles peuvent se reposer sur ce tout petit bout sans qu’elle ne dise rien. Quand j’y repense, c’est injuste, qu’elles ne s’en rendent compte que maintenant, ou du moins depuis peu.

Beaucoup profitent d’elle, et de sa bonté. Les anciens en sont conscients et le voient bien. Elle aussi, le voit très bien. Alors bien évidemment, elle râle parfois, elle se rebelle un peu, avant de se taire et de reprendre son rôle de protectrice familiale. Au fond, elle s’en fiche d’être reconnue, tout ce qu’elle veut c’est le bonheur de ses proches, bonheur qu’elle n’a pas toujours connu. Pourtant elle le mérite. Plus que quiconque même.
On lui en met plein la tête, et on ne lui pardonne pas grand chose quand elle, en laisse passer des milliers, aucun écart de sa part n’est toléré. Imaginer une seule seconde que la béquille, sur qui, tant de personnes se reposent, puisse crouler sous le poids est intolérable. Sur qui se reposer si la personne sur qui l’on compte pour tout s’écroule? Comment se relever si le pilier familial s’effondre?

A moi, il m’aura fallu quelques années pour le voir et parfois de m’en vouloir plus que de raison de l’avoir considérée comme une béquille juste parce que c’est normal. J’ai pris conscience de tout ce que ce petit bout de femme faisait réellement et de tout ce qu’elle assumait depuis trop d’années.
Sûrement parce que j’ai moi-même mon étoiles à protéger aujourd’hui. Je sais maintenant ce qu’elle a pu ressentir et je sais dorénavant la force, le courage, l’inquiétude et les montagnes que nous sommes prêtes à déplacer pour eux.

Sans elle, je ne serais rien du tout. Elle m’a toujours accompagnée, dans mes premiers pas, comme dans mes pires chutes. Elle m’a relevée. Elle m’a soutenue. Et encore aujourd’hui, c’est l’une des seule au monde avec qui je peux encore parler de la tristesse que je ressens d’avoir perdu un enfant sans qu’elle ne me juge ou qu’elle ne me dise de passer à autre chose.
Elle sait absolument de moi. Elle me connaît par coeur, même plus que moi-même parfois.

Son amour inconditionnel mériterait plus d’admiration et de reconnaissance. Mais, elle, elle donne c’est tout.
Je me répète à longueur de temps qu’il faudrait que je le la remercie plus souvent, qu’il faudrait que je lui dise plus souvent que je l’aime, qu’il faudrait que je lui montre un peu plus ma gratitude, qu’il faudrait…
beaucoup de « falloir », peu d’actions.

Je dois avouer que je suis du genre brute de décoffrage, et me mettre à nu comme ça, en parlant, ce n’est pas franchement mon fort. Je suis bien trop pataud des sentiments pour ça. Alors, je fais encore ce que je sais faire de mieux (à peu près) et écrire.

J’espère qu’elle me lira.

Parce que ce petit bout de femme, je peux le dire, c’est toute ma vie, et ce n’est pas donné  tout le monde de pouvoir dire ça.
Parce que quand j’y pense, ce petit bout de femme, c’est en fait une grande dame.
Cette grande dame, c’est un modèle, quoiqu’elle en dise.
Ce modèle, c’est ma maman.

 20150925_191823

Publicités

6 commentaires sur « Un petit bout de femme »

    1. Elle l’a lu =) elle a été très émue. Elle n’a malheureusement pas l’habitude qu’on lui dise des choses comme ça, famille pudique oblige! ❤
      merci en tout cas! J'ai vu tes travaux de couture, ils sont magnifiques!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s