Publié dans Grossesse, Humeurs

La future multipare, cette bipolaire

L’article qui va suivre est tiré de faits réels. Toutes ressemblances avec une blogueuse légèrement atteinte du ciboulot seraient totalement fortuites. La rédaction a essayé de retranscrire les pensées d’une future multipare lambda angoissée de la vie.

TUM TUM!

(AH! Non! C’est pas ça…)

Cette jeune femme vient d’apprendre qu’elle attendait un enfant. Ce n’était pas prévu. Mais elle est heureuse, enfin elle croit, enfin elle est sure, enfin… Si, si, elle est heureuse. Assise sur son trône, elle se dit que c’est un peu tôt mais qu’ils assumeront. Après tout, ce deuxième enfant n’arrivera qu’avec 1 an d’avance sur les plans d’origine. C’est quoi 1 an?

diagnose-bipolaire-stoornissen-diagnostic-trouble-bipolaire_493x200

Crédit : http://fr.medipedia.be/

1 an? Nan mais 1 an! 1 an, c’est énorme, c’est 365 jours, bordel! Elle n’a même pas de CDI, de job stable. Elle vivote de petit boulot en petit boulot. 5 ans d’études pour rien… Enfin ça, c’est une autre histoire… Comment vont-ils payer les factures avec un enfant de plus dans la maisonnée? Ah, oui, il y a ça aussi!Parlons-en tiens, de la maisonnée!

On, euh, ils n’ont même pas de chambre pour l’accueillir ce nouveau bébé, il devra dormir avec leur premier enfant, ce petit garçon d’à peine 2 ans. 2 ans et demi en fait. Là n’est pas la question. C’est encore un tout petit, un bébé, un nourrisson. Il va devoir partager sa chambre. On ne lui a pas posé la question à lui. Et s’il ne voulait pas que cette petite chose pollue son espace avec ses cris, ses pleurs et ses cacas? Et s’il voulait dormir et jouer en paix? Et s’il voulait rester encore le bébé de la maison? Le bébé de sa maman? De sa famille? De son entourage? Du monde entier!!!!! Hein? Vous, euh, ils y ont pensé à ça? Ces adultes égoïstes?

Oui, mais quand on y pense. Elle a, jadis, dû accueillir accueilli sa petite sœur, lorsqu’elle est née, dans sa chambre. Elles ont partagé la même chambre pendant 10 ans, et quand on voit la complicité qu’elles ont aujourd’hui, on peut dire que ça en valait la peine. Elles en ont des souvenirs dans cette chambre rose vichy. Elles s’en sont payées des tranches de rire, des heures à jouer, à parler, à écouter de la musique, à rejouer les derniers clips au top de Hit Machine. Puis, au début, sa mère prenait la petite, la nuit, dans sa chambre pour ne pas qu’elle soit réveiller. Elle fera la même chose. Ça sera le plus simple, avec l’allaitement. Du moins jusqu’à ce que bébé fasse ses nuits.

Sauf que… Elle se rappelle très bien, de ce sentiment qu’elle a ressenti pour la première fois quand elle est née, cette petite chose qu’on appelait sa petite sœur. La jalousie. « L’injustice ». Pourquoi, elle, sa petite sœur avait le droit de dormir dans la chambre parentale et pas elle? Elle se rappelle de cette nuit d’orage, où sa petite sœur était lovée dans les bras de sa maman, tandis qu’elle, elle était morte de trouille dans cette chambre soudain trop grande pour elle…
Et puis, c’est sûr, il y en a eu des tranches de rire, toussa, mais il y a aussi eu de sacrées engueulades. Des moments où elle aurait voulu être tranquille pour jouer dans son coin, pour vivre sa pré-adolescence tranquillement.

Non, ça ira. Ils feront en sorte qu’il n’y ait pas de différence. Elle en a trop souffert petite, pas de la part de ses parents bien sûr, mais d’autres personnes. Elle fera, ils feront tout pour que les gens ne les différencient pas, lui le petit garçon, et elle, la future petite fille tant attendue par certains. Sa maman ne le supportera pas, elle sortira les griffes, elle se l’est promis!
Mais elle ne sera pas toujours là… Et comment va-t-il gérer l’abondance de cadeaux pour cette nouvelle petite chose qui ne fait que dormir et pleurer, alors que lui n’a rien? Pourquoi elle et pas lui? Elle a fait quoi pour avoir autant de présents celle-là?

Et en parlant de sentiment, tiens, est-ce qu’elle parviendra à l’aimer autant ce bébé? Leur premier enfant est arrivé comme un don du ciel après une année de deuil. Il a pris une place tellement importante dans son cœur qu’elle n’est pas sûr que l’élasticité de celui-ci suffise. C’est tout pour elle ce petit garçon. Elle le sait. Un autre enfant? Jamais elle ne pourra lui donner autant d’amour, et ça lui fout une trouille bleu.
Pourtant elle l’aime déjà terriblement ce petit truc qui grandit en elle. Elle s’inquiète déjà pour lui. Elle a pleuré de joie quand elle l’a sentie pour la première fois. En fait elle l’aime, elle le sait au fond d’elle, mais elle a peur de l’aimer différemment.

Ils vont gérer. Ça ira. Des milliards d’autres parents l’ont fait. Ils s’en sortiront, comme toujours. Ils vont ramer mais ils trouveront leur rythme de croisière. Ils ont toujours réussi à le faire.
Enfin, deux enfants, ça doit changer la vie quand même. Ils n’ont pas beaucoup de différences en plus. 2 ans et demi presque 3, c’est rien du tout. Leur petit garçon a encore tellement besoin d’eux… Ils se sentent déjà tellement dépassés à certains moments quand la fatigue est là, quand les cris sont incessants, quand la boîte à bêtises est ouverte. Il y en aura deux fois plus.
Et puis, il y a ses ennuis de santé qui la travaille quand même un peu. Comment ça se passera quand elle sera en crise? Quand ses articulations auront décidé de lui en faire voir de toutes les couleurs de sorte qu’elle ne pourra s’occuper ni de l’un, ni de l’autre? Ça lui déchirait déjà tellement le cœur et l’âme quand elle ne pouvait pas habiller, changer ou laver son petit bonhomme. Comment ça se passera quand ce tout nouveau petit bébé qui sera totalement dépendant de sa maman? Et si elle est en crise quand elle devra l’allaiter, comment fera-t-elle pour la tenir, cette toute petite chose qui lui paraîtra peser une tonne?

Elle essaie de ne pas trop y penser. Mais, en fait, elle y pense tout le temps. Les questions fusent dans son cerveau trop étriqué. Ses neurones se bousculent pour tenter d’y répondre. Elle qui aime tellement tout gérer, qui détestent l’imprévu et les questions sans réponses. Pourtant, elle doit y faire face.

Peut-être que ce deuxième bébé fera ses nuits dès son premier jour, comme son grand frère. Peut-être que non.
Peut être que cette aventure qu’est l’allaitement dans laquelle elle a décidé de se lancer cette fois se passer merveilleusement bien. Peut-être que ce sera un terrible échec.
Peut être que ses deux enfants s’aimeront à la folie, peut être qu’ils s’entendront à merveille. Peut-être que ce sera un désastre.
Peut être que ce petit garçon si souriant accueillera sa sœur avec plaisir et sera heureux de partager sa chambre avec un compagnon de jeu. Peut-être qu’il détestera ça.
Peut-être que ce deuxième bébé sera aussi sage et agréable à vivre que leur premier enfant. Peut-être leur fera-t-il une misère sans nom.

le-frere-qui-taquine-sa-soeur-10613482aelhk_1933

Source : http://www.tfou.fr

Une chose est sure, elle n’arrêtera pas de se torturer l’esprit tant que ce bébé ne sera pas là, parmi eux, et même après, elle continuera de se poser des questions parce que c’est le propre même du parent en devenir.

 

Publicités

7 commentaires sur « La future multipare, cette bipolaire »

  1. ahhhhhh c’était moi y’a 3 ans !!! en bilan, merci, je me souviens de l’avant/après : j’ai trouvé un mi-temps juste pendant mon congé mat pour juste après mon congé mat, ma fille a dormi avec petit deuz bébé sans problème (elle s’endormait alors qu’il pleurait !!!) et j’en passe et maintenant que dire ? j’ai remis tout ça en jeu pour un 3ème et je suis vachement moins bipolaire que pour deuz lol On dirait que petit deuz m’a fait grandir tiens 😉

    1. et je rajoute qu’ils ont à quelques jours près 3 ans d’écart mes 2 premiers … et que la grande a des soucis de santé et qu’on gère même avec deuz comme avant (on le refile à la nounou, on prend notre journée) franchement vous avez pas fini de cogiter mais j’espère que dans quelques années, vous vous direz comme moi : « mais pourquoi toutes ces questions dont certaines n’ont pas été utiles sauf pour m’angoisser un peu plus » ^_^

      1. Je suis bien d’accord! Toutes ces questions je sais qu’elles sont inutiles mais mon besoin de tout gérer et ma peur de l’inconnu prennent bien trop souvent le dessus^^
        Je me posais déjà un tas de questions avant l’arrivée de Zarico et quand il est né, elles se sont effacées. On gère au quotidien, on n’a plus vraiment le temps de se poser de questions!
        En tout cas, félicitations pour ton petit 3ème!

  2. Bonjour à toi Mumcha! Je viens de lire ton article et ces quelques petites lignes sur les articulations me ressemblent tellement… J’ai de la polyarthrite, déclaré à 8 ans puis par crise. Tout était parti depuis un peu plus de 5 ans. Puis bébé est arrivé depuis maintenant 7 mois. Et voilà que sans me demander mon avis mes articulations se sont manifestées, en crise depuis 3 mois. Et je comprends tellement ce moment où je me dis que si ça continue, je ne pourrais pas courir avec elle. Je ne peux pas me mettre à genou pour jouer avec. J’ai du mal à me lever du lit la nuit. Bref je me demandais si toi aussi c’était à cause de cette charmante maladie. Plein de bonheur pour cette nouvelle vie et ce nouveau bébé.

    1. Bonjour 🙂
      J’ai une spondylarthrite ankylosante. Ces deux maladies se ressemblent. Ce sont des poisons qui nous rongent petit à petit. Ce commentaire que tu as écrit, j’aurais très bien pu l’écrire… Il n’y a riend e plus dur quand on est maman et que notre corps nous interdit/empêche de nous occuper de nos petits… Je te souhaite bon courage et ne lâche rien ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s