Publié dans Mumcha vous dit tout

Ces chansons effrayantes que nous leur chantons – part 1.

Je ne sais pas pour toi, mais en ce qui me concerne, et comme beaucoup de petits Français, j’ai été bercée dans les chansons enfantines que nos parents, nos proches ou même la maîtresse nous apprenaient.

Je me souviens encore des soirées où, petites filles, Mamizette nous chantait, à ma sœur et moi, des comptines que nous adorions plus que tout. Nous les connaissions par cœur et, encore aujourd’hui, il nous arrive de les entonner pour le plus grand désespoir bonheur de M’sieur Stache. Au Clair de la Lune, Jean Petit qui danse, Une Souris Verte, Ne Pleure pas Jeannette, A la Claire Fontaine, La Mère Michèle, Il était une bergère
Sauf qu’aujourd’hui, nous avons compris les paroles, et le ton n’est plus le même…

T’es-tu déjà dit, en chantant « Ne pleure pas Jeannette » que quand même c’était pas très cool de la part des ses vieux de la « pendouiller » avec « son ami Pierre », ne t’es-tu déjà pas fait la remarque que c’est pas super sympa de tremper la souris verte dans l’huile?

Cet article est pour toi!

Quand on étudie d’un peu plus près les paroles de ces chansons, on se rend compte que ce qui est dit n’est pas aussi mignon que ce que l’on comprenait dans notre plus tendre enfance. C’est ça aussi l’enfance, la mignonnerie de la naïveté…
Quand adolescente, je me suis rendue compte de ce qu’elles voulaient réellement dire, je peux te dire que je me suis bien marrée comme une cruche… Faut dire que la plupart du temps, elles parlent en fait de sexe, de mort, de dépravation voir de bordels… Si, si de bordels!

Je ne te ferai pas le décryptage historique de ces chansons car des tas de sites l’ont fait ou bien je n’en donnerai qu’un rapide aperçu. Cet article c’est juste ma vision des choses d’un point de vu humoristique (pourri) de ces comptines qui ont bercé mon enfance.

Commençons par la fameuse Souris Verte :

Une Souris verte(uh) qui courait dans l’herbe(uh),
Bon, jusque là, ça va, la souris elle court dans l’herbe pépouse, certe elle est verte, mais rien ne dit que le mec qui a écrit la chanson n’avait pas fumé de l’alcool ou bu de la drogue…
Je l’attrape(uh) par le queue,
Alors, ça c’est pas très très gentil, mon papa m’a toujours dit qu’on ne devait pas attraper les animaux par la queue (pas de double sens dans cette phrase, s’il vous plaît… Trop tard…).
Je la montre à ces Messieurs,
Range ton zigouigoui, veux-tu?
Ces Messieurs me dise(uh)nt,
Attention, ça pue…
Trempez la dans l’huile(uh),
Hein? Quoi? Mais t’es malade?! Les écoute pas! Tu vas te foutre Brigitte Bardot, Green Peace et WWF sur le dos!
Trempez la dans l’eau,
Ok… J’abandonne…
Ca fera un escargot, tout chaud!
Well, vraisemblablement, eux aussi ont fumé de l’alcool ET bu de la drogue… Et, bien sûr, toi, tu vas le faire… Ben voyons! On te dirait de sauter d’un pont avec une plume dans le derrière, tu le ferais!

Cette chanson date en fait du XVII-XVIIIème siècle et serait une métaphore pour parler d’un officier vendéen capturé par un Républicain lors des guerres de Vendée. Il aurait subi quelques actes de tortures avant d’être zigouillé.

Et si on parlait de notre ami Pierrot :

Au Clair de la lune(uh), mon ami Pierrot,
Bon jusque là, ça va…
Prête-moi ta plume(uh), pour écrire un mot,
Sinon, achète toi un bic!
Ma chandelle est morte(uh), je n’ai plus de feu,
Ok, le pauvre, il est en dèche là… Faut l’aider!
Ouvre-moi ta porte(uh), pour l’amour de Dieu!
Fais quelque chose Pierrot, wake up!
Au Clair de la lune(uh), Pierrot répondit,
Ah bah, enfin!
Je n’ai pas de plume(uh), je suis dans mon lit,
Pierrot, ce mec feignasse…
Vas chez la voisine(uh), je crois qu’elle y est,
Prépare-toi ça devient coquin…
Car dans sa cuisine(uh), on bat le briquet!
Pierrot, petit cochon… « Battre le briquet » signifie faire des hum-hum, faire l’amour, quoi! Il est pas gêné le mec… D’une, il se lève pas de son pieux pour aider sa pote, la lune, mais en plus il l’envoie chez la voisine, pour tirer son coup!

Source : http://www.iletaitunehistoire.com/genres/comptines-chansons/lire/au-clair-de-la-lune-biblidcha_020

Et celle de la Bergère, tu la connais? Mais si, si je te dis Et ron et ron, petit patapon, ça te revient? On a souvent tendance à chanter uniquement les premiers couplets en se disant que cette chanson est trop trop cute… Oui, mais non… Attends de lire la suite…
Ce que l’on t’a chanté petit(e), se tenait à ça, et, sûrement, toi-même, tu ne t’en tiens qu’à ces paroles quand tu la chantes à tes enfants :

Il était une bergère
Et ron et ron petit patapon
Il était une bergère
Qui gardait ses moutons, ron ron
Qui gardait ses moutons

Elle fit un fromage,
Et ron et ron petit patapon
Elle fit un fromage
Du lait de ses moutons, ron, ron,
Du lait de ses moutons

Le chat qui la regarde,
Et ron et ron petit patapon
Le chat qui la regarde
D’un petit air fripon, ron, ron,
D’un petit air fripon

La suite, je te la fais rapide… Le petit chat est attiré par le fromage que sa bergère a fait, sauf que la bergère, elle, elle n’est pas trop chaude pour que le chat y mette sa patte… Du coup, elle le menace de coups de bâton. Du coup, le nigaud, il y met le menton, et comme les bergère, elle n’est pas contente, et ben, elle… Le tue… Comme, elle a quand même une conscience, elle décide d’aller au con’fesse auprès d’un gentil prêtre très très sérieux et qui suit la Bible à la lettre, ou pas… Comme pénitence, il lui demande de l’embrasser. Et comme ils ont kiffé, et ben ils recommenceront, ron, ron…

Continuons dans le grivois et passons maintenant au bois, avec la célèbrissime comptine entraînante et entêtante « Nous n’irons plus au bois » :

Nous n’irons plus au bois,
Les lauriers sont coupés,
La belle que voilà
Ira les ramasser

Entrez dans la danse,
Voyez, comme on danse,
Sautez, dansez,
Embrassez qui vous voudrez.

Cette chanson tire son origine d’un fait d’histoire plutôt marquant. En effet, un jour dans sa grand bonté, le roi soleil décide de faire fermer les maisons closes, lesquelles étaient facilement reconnaissables à leurs branches de lauriers suspendues aux portes. Cette comptine rappelle la fermeture des bordels afin d’éviter la propagation de MST sur les ouvriers censés construire le château de Versailles et non passer du bon temps avec Satine ou Berthe-la-dépravée.

Le furet dyslexique…

Il court, il court le furet,
En fait c’est une contrepetrie… Vas-y cherche bien, tu vas trouver…
Il est passé par ici, il repassera par là!
Ah, ben, oui, c’est tout de suite beaucoup plus clair… Cochon le cureton!

Source : http://jeunesse.casterman.com/albums_detail.cfm?id=37600

Changeons de sujet et terminons ce premier tour des chansons d’enfant avec le tube préféré de Z… Il s’agit de… Bateau sur l’eau!

Bateau sur l’eau, la rivière au bord de l’eau,
Le mec, il a dû en chier pour trouver une rime aussi riche, sans parler qu’une rivière généralement, c’est à base d’eau, donc si on prend le truc au pied de la lettre, il nous dit qu’il y a de l’eau au bord de l’eau…
J’ai perdu mon p’tit couteau à la porte du château,
Fallait pas traîner n’importe où aussi…
Qu’est-ce que maman va dire(uh)? Papa encore pire(uh)!
Tu vas prendre…

Ces chansons sont peut être débiles, pleines de sens cachées voir totalement vulgaires quand on les décortique. Cependant, je pense qu’elles font partie de notre culture. Alors même si, parfois, avec nos yeux d’adultes on se dit que chanter ça à nos enfants semblent déplacés, je pense qu’il est important de continuer à les transmettre.
Ce qu’il faut retenir et se rappeler, c’est que toi, moi, avant des les comprendre au sens caché du terme, on les a aimées, on les a chantées, à tue tête parfois. On doit continuer de les chanter pour préserver ce joli patrimoine oral, ce folklore qui fait partie de notre culture. Ce sont des chants traditionnels à part entière parlant pour la plupart de faits marquants de notre Histoire (j’ai le même avis sur les chansons grivoises, en moins historiques, mais je ne me voyais pas te parler de la b***e à Dudule sur le blog…).

Publicités

4 commentaires sur « Ces chansons effrayantes que nous leur chantons – part 1. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s