Publié dans Premiers pas de maman

La claque

Des claques on s’en prend tout au long de la vie. Il y en a de toute sorte, plus ou moins fortes, plus ou moins douloureuses, plus ou moins traumatisantes. Ca va de la plus infime à la plus grave, de celles qui resteront à jamais gravé dans nos mémoire ou qui seront oubliées demain.

Je ne te parle pas ici de la claque physique. De toute façon, je n’en ai jamais reçu, mes parents n’étaient pas de ce genre (peut être une ou deux par ma mère quand je poussais ma soeur Maurice dans les orties [en fait, c’est elle qui m’a poussée dans les orties, mais ça, c’est une autre histoire! Crois-moi, ça pique!] , mais pas plus).
Non, je te parle ici, de la claque psychologique, celle qui te fait te rendre compte de plein de chose, celle qui, bien souvent, te ramène à la réalité.

Des claques, j’en ai prise. Des tas même. Les plus durs sont sans doute celles qui me ramènent à mon triste sort, et certainement celui de beaucoup d’entre nous… La bonne vieille claque du « tu vieillis, ma vieille! » ou, dans le même genre, « oublie les licornes, t’es adulte bourdel! (et arrête de dire « bourdel », t’as 26ans, putain!) » – la claque est vulgaire – .

Pas plus tard que cette semaine, j’ai appris une nouvelle, une grande nouvelle même, mon cousin adoré, mon chouchou, Loulou a obtenu son code!
Quelle joie quand il me l’a annoncé. Oui, mais…

Mais en fait, je réalise qu’il a 16 piges et que moi, j’en ai 26, que le temps file à une allure phénoménales et qu’en fait on ne voit rien passer. Alors, je me la joue à la Lucette (ou Monqiue, comme tu veux), et je repense au bon vieux temps qui me paraît être hier. Quand ma tante me confiait Loulou et que je m’en occupais des heures durant. Nous étions inséparables, c’était mon petit protégé, mon chouchou à moi. Je me précipitais pour lui changer ses couches, pour lui donner son biberon.
Lorsque nous passions nos vacances scolaires ensemble, ma cousine Neige, Tinou et Loulou, chez nos grands-parents, je me battais presque pour m’en occuper, je passais des heures à le calîner, à jouer avec lui. C’était un peu comme mon bébé. Du haut de mes 10 ans, j’étais tellement fière qu’on me confie cette tâche, qu’on me fasse entièrement confiance.

Et, aujourd’hui, 16 ans ont passé, comme ça, sans crier gare, sans que je ne m’en aperçoive. Aujourd’hui, il a son code, il prend en indépendance, il devient un homme, et moi je ne réalise pas. Pour moi Loulou, reste le petit brun aux cils de giraffe, à la petite voix toute fluette, avide de calîns alors que, par quelques éclairs de lucidité, je me rends compte qu’il tient, maintenant, plus du jeune homme…

Loulou, c’est certainement celui qui m’a donné le plus envie de devenir maman avec tout ce que ça comporte, c’est sans dout pour ça, que ça me touche à ce point. Parce qu’à travers lui, je vois les années défiler, et par la même occasion, je me rends compte que Z. ne restera pas un bébé toute savie (et merde…).

Alors, voilà, on a vieilli, on a évolué presque malgré nous, et Z. est arrivé.

Mon bébé, mon tout petit, l’amour de ma vie, ma raison de vivre, ma chaire et mon sang, my Moon and my Star (cf accro GoT). C’est fou ce que l’esprit maternel peut vous engluer la conscience. Ca recommence. Pour moi, Zarico est un tout petit être, minuscule, qu’il faut protéger, voire materner plus que de raisons, et qui restera bébé toute sa vie.

Mais il grandit lui aussi. Il ne me le dit pas histoire que je m’englue un peu plus là dedans. C’est sans doute pour mieux me prendre au revers, et me filer LA fameuse claque qui me rappelle à l’ordre…

Oh, tu vas certainement trouver ça bien anodin et te dire que j’ai un grain, que je me prends des claques pour pas grand chose et que je ferai mieux de ne pas me faire toute une montagne de cette toute petite chose (tu le sens le suspens monter?). Ca, c’est ce que tout le monde se dirait, tout le monde qui n’est pas parent!

Ca c’est passé hier soir. Une soirée somme toute normale, pareille aux autres. Z. finissait de manger son yaourt tranquillement. Une fois terminé, il l’a posé sur la table, nous a regardé et nous a sorti tout de go « Et voilà, va au dodo! ».

Tout ça pour ça???? Non, pas « tout ça, pour ça » parce que c’est quelques mots alignés sont sa première phrase avec verbe+complément, tu comprends?

Je l’ai félicité en grande pompe en hurlant des « bravooo! » à tout bout de champs, prête à crier par dessus le balcon, à qui voudrait l’entendre, que mon fils avait prononcé sa première phrase… Avant de me rendre compte de ce qu’il avait fait, du pas qu’il avait franchi, et moi de la claque que je venais de prendre.

Je ne me rappelle pas avoir ressenti une telle chose lorsque sa première dent est sortie, ou qu’il a fait ses premiers pas. Je ne me rappelle avoir eu besoin de faire une telle introspection, d’avoir eu le sentiment de tomber d’aussi haut, d’avoir encore laissé le temps filer entre mes doigts. Certainement parce que ce n’était que les premières phases, je n’en sais rien.

Il faut dire que Z. est très bavard. Il n’arrête pas, mais jusqu’ici il s’arrêtait à des mots isolés ou à prononcer des minis phrases comme « à boire » ou « il est là« .
Seulement hier soir, il a aligné 5 mots, ces 5 mots, qui, mis bout à bout forment une phrase quasi complète avec un sens et surtout un contexte : il a fini de manger son dîner = c’est l’heure d’aller au lit.

Je n’arrête pas de me repasser ces petits mots qu’il a prononcé tout fier. Bien sûr j’ai le sourire en coin en réentandant sa façon de le dire, mais, en même temps,  je noie mon regard dans le vide aussi tôt car je me rends compte encore une fois d’une chose terrible, je vieillis… Et lui aussi…

C’est le terrible constat d’une chose qui m’angoisse plus que tout au monde… Chaque jour de plus est un jour en moins avant le cercueil (tu la sens l’angoissée de la mort?).

7297d4b724a7a7ead12b1b1c9525f535

 Sources : Pinterest
Publicités

2 commentaires sur « La claque »

  1. Je te comprends, mais 26 ans !!! C’est le début de la vie !
    Bien sûr, si tu compares à ton neveu ou à ton petit Z, c’est « vieux » mais ça signifie juste que la vie continue et que tu as encore de grands moments de bonheur à vivre.
    Et des claques du temps, tu en auras encore. Mais en même temps, tu verras, tu continueras à t’épanouir… (parole d’une maman qui a au moins 10 ans de plus…)
    Bises

    1. Oui c’est vrai que 26 ans, ce n’est pas grand chose quand on y regarde bien ! Et je sais très bien que des claques je m’en prendrai toute la vie, mais celles-ci m’ont fait mal et laissée sur le cul ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s