Publié dans On n'est pas que des mamans!

Le déclic

Si quelqu’un m’avait dit, il y a quelques années temps que j’aurais enfin ce foutu déclic, je n’y aurais pas cru.
J’aurais même certainement ri, voire éclater de rire avant de m’énerver, de dégainer ma mauvaise foi légendaire (ah? Tu ne connaissais pas encore ce défaut chez moi?) et de me réfugier dans mon placard…

Oui mais voilà, comme dirait le célèbre adage : TOUT PEUT ARRIVER! 

Ça fait un bout de temps que j’ai des soucis avec ça (ça = mon poids)…

Depuis que j’ai rencontré M’sieur Stache en fait (la faute aux nombreux paninis engloutis pour avoir le temps de le rejoindre le midi au lycée, ce que je n’ai pas pu faire par amour moi!). A croire que mon corps s’est étendu, de jour en jour, autant que notre amour a grandi (Mouahahah! Je l’adore celle-là!)… Je ne vois que cette explication, les McDo, Qucik, kebab, boissons gazeuses pire que sucrées et autres n’y sont pour rien j’en suis sure!
Je t’ai déjà dit que j’étais de mauvaise foi, non?

Bref, un an après mon accouchement, j’en étais arriver à un point,  où je ne me regardais même plus dans la glace, évitant à tout prix le moindre regard croisé avec la personne qui se trouvait derrière le miroir.

Elle me répugnait… Jusqu’au jour où je me suis rendue compte qu’en fait c’était moi. La balance m’avait bien prévenu, mais je ne sais pas, je n’arrive pas à lui faire confiance à celle-là (je crains une certaine jalousie de sa part).

J’étais donc devenue ÇA? Cette chose informe avec des vêtements difformes pour tenter de cacher la misère. Tout ça, c’était donc moi?

Même si je savais pertinemment que je ne ressemblais absolument plus à rien ou du moins à ça, je continuais à m’empiffrer. Je dis bien m’empiffrer parce qu’au rythme où j’engloutissais la nourriture, ce n’était plus manger.
La nourriture était devenue une drogue. Et sans avoir le temps de dire « Ouf! », je me retrouvais avec une nouvelle addiction (je n’en ai pas tant que ça hein! Et mis à part la cigarette, les autres ne sont pas dangereuses (je veux bien sûr parler de Zarico, ma famille, de la Vendée, etc…)).

Je me suis enfermée dans une spirale dont je ne parvenais plus à sortir : j’étais mal à cause de mon poids, me sentais mal et du coup mangeait pour oublier, grossissait encore et encore, du coup j’étais mal à cause de mon poids, bref, tu as compris!

Un stress, une crise d’angoisse, la fatigue, la pression, une vexation, un énervement, un mal être perpétuel…  Tout était bon pour se goinfrer.
Tout était bon pour boulotter la première chose qui passait sous mon regard aiguisé de « gourmande » comme j’aimais le dire! La nuit, le jour peu importait. Lorsque je ressentais le besoin de manger, un peu comme l’envie de m’en griller une, je me réfugiais dans la réserve à gâteau ou m’avaler un ou deux grands verres de coca.

Mes proches ont bien essayé de m’aider, de me parler, de s’énerver même parfois. Rien n’y faisait, je n’écoutais plus personne à part mon estomac. Je m’enfermais  de plus en plus et l’écoutait toujours plus. Alors je répondais, ou ne répondais pas, m’énervais également ou rigolais nerveusement.
Je suis même allée jusqu’à faire semblant d’assumer, d’en rigoler, de m’auto-vanner, de faire la fille qui adore ses kilos et n’aurait même pas peur de montrer son graillon. Mais tout ça n’était qu’une façade. Certains l’ont compris, beaucoup, non. Ça marchait et c’était le principal!

Oui mais ça? C’était avant!

Il y a maintenant un mois, je me suis vue en photo… Et là? Ce fût tout simplement le drame…

Les questions ont fusé dans ma tête de Kinder :  qu’est-ce que j’avais fait à mon corps? Pourquoi me suis-je autant laissée aller? Pourquoi autant me voiler la face? Comment je n’ai pas pu voir ça avant?

Ce n’est pas comme si je ne les sentais pas ces 20 kilos en trop :
– Monter un étage est juste devenu un enfer. Tu m’imagines en mode alpiniste essoufflée à 1400m d’altitude, en fait c’est 5m mais chuuuut?
– Courir après le bus? Trop peu pour moi, je prendrai le suivant… Même si je suis archi en retard… Je ne voudrais pas tomber, tu comprends?
– Les douleurs articulaires! A 25 ans, j’ai les même douleurs que Mamizette… Tout va bien!
– Se taper la honte du siècle au boulot parce que je ne rentrais pas dans l’ascenseur à cause d’un chariot alors que tous les collègues arrivaient à se faxer et devoir monter les 4 étages à pieds (cf premier point).
– Les fringues devenues toutes miraculeusement trop petites! Un complot très certainement!

Je pourrais te tirer une liste longue comme mon tour de taille!

6a00e551dd382d883400e551e5a9028834-500wi

 

Sources : Dessin by Pénélope Bagieu – http://www.penelope-jolicoeur.com/

Il fallait agir! C’est là que j’ai eu LE DÉCLIC!

Je ne l’avais jamais eu. Les fois précédentes où je m’étais mise au régime, c’était pour les autres, pour ne pas qu’on me regarde l’air écœuré, pour ne pas être « la grosse » du groupe. bien entendu, tu auras largement compris que ça n’a jamais fonctionné! J’ai tenu 2, 3, 4 jours maximum avant de noyer mon chagrin et ma non réussite dans une bolée de coca…

Il y a trois semaines, j’ai décidé de faire un régime POUR MOI et uniquement pour MOI.

Et bien, miracle! Ça fait 3 semaines et je tiens bon (le jambon! Mouahahahah!). 3 semaines que je n’ai pas grignoté entre les repas, 3 semaines que je ne bois plus du sucre liquide!

J’ai même commencé à manger des légumes! Ouai, ouai, tu m’as bien lu! Des légumes bourdel! Même qu’ils sont verts et qu’ils puent! Si la même personne (ou une autre d’ailleurs) que celle qui m’avait prévenu pour le déclic, m’avait dit que j’engloutirais, un jour, des légumes à chaque repas, là pour le coup je lui aurais réellement éclaté de rire au nez!

C’est dur, je ne vais pas te mentir.

Il y a des moments où je ne suis pas bien, et, où je suis prête à craquer de nouveau mais je tiens bon (pour le moment devrai-je dire). Je tiens bon parce qu’il le faut, parce que c’est aussi une question de santé mais surtout parce que j’ai envie de me sentir de nouveau bien dans mon corps, et ne pas me sentir perdu dans ce corps beaucoup trop grand pour moi.

Ce soir, si je t’écris tout ça, c’est aussi parce que pour un fois, je suis plutôt fière de moi. Ça y est, j’ai franchi les 5 PREMIERS KILOS. Ça peut paraître peu, mais c’est une première étape, et c’est une chose dont j’aurais été totalement incapable il y a encore quelques temps.

PicsArt_1404403700803

MES CONSEILS (enfin si je peux me permettre hein!) :

– J’ai l’intime conviction qu’un régime ne peut fonctionner que si on a ce fameux petit « ding » dans la cervelle. 
– Il faut que ça soit une démarche personnelle, et non pas quelques chose pour quelqu’un ou pour « faire comme dans les magazines).
– Pour que ça fonctionne sur le temps, je pense également qu’il ne faut pas non plus trop se priver, trop réduire et suivre un régime impossible (non mais, sérieux, à part les singes qui mangent des bananes matin, midi et soir? Qui peut sérieusement  manger uniquement de la viande blanche à ne plus en faire caca???).
– Il faut savoir s’accorder des petits plaisirs de temps à autres. Pour ma part, c’est un repas libre une fois par semaine et une petite bière le dimanche soir (ben quoi?!).
– Sans pour autant faire du sport façon tri-athlète, il est important de marcher au moins 30 minutes par jour. Ce que je fais : je descends un arrêt de bus avant, vais à la cantine à pieds (20 minutes aller-retour)… Bref, c’est plutôt simple à réaliser! Si je le fais, tu peux le faire largement!
– Il faut perdre du poids sur le long terme et éviter le genre d’attrape coui**on de régimes miracles du genre 15 kg en 3 semaines… Même si ça fonctionne, tu reprendras forcément le double!

Affaire à suivre 😉

Je tenais à dire un très très très grand merci à ma Tinou, à mon M’sieur Stache, à ma Craquotte’s Mum, à ma Charly et à ma Mems de me soutenir et de m’encourager autant!

 

 

Publicités

18 commentaires sur « Le déclic »

  1. Tellement fiere de toi!!! Supergirl tu vas atteindre ton objectif!! On est la pour te soutenir, et moi je crois en toi!! Bravo bravo bravo bravo bravo (pour chaque kilo en moins)

  2. J’ai eu ce fameux déclic il y a 2 mois… -7kg plus tard je commence a peine a apprivoiser ce corps devenu trop grand pour moi !
    Courage en tout cas

  3. Super nenette bravo d avoir le cran ou le courage si puis je dire car ce n est pas facile…. mille fois bravo des bsous

  4. tu peux le faire ! il suffit que tu reste têtue comme tu sais le faire (parfois ou souvent hi hi hi) en disant à ta balance qu’elle se trompe de se marrer comme une baleine car « qui rigole bien rigolera le dernier » (la dernière ici …) et à toi cette douce victoire de te sentir bien dans ton corps. des bisous et de la volonté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s