Publié dans Humeurs

La goule à son Papy

« Il a rien la goule à son grand-père ç’ui-là! »

PicsArt_1398198889953

Cette expression (typiquement normande), M’sieur Stache et moi, on a dû l’entendre à peu près 150 000 fois depuis la naissance de Zarico!

Mais mon Zasticot, c’est vrai, il faut l’avouer… C’est bel et bien la goule à son PapyBen, mon papa quoi.

Zarico et PapyBen, ce sont les même avec quelques années d’écarts et quelques cheveux en moins pour PapyBen.

Le même visage rond, le même nez en boule, le même sourire :  la même goule quoi!
Le soucis du détail est poussé jusqu’aux même mains de caristes (genre la main que tu ne veux pas te prendre en plein visage tellement elle est imposante), et aux mêmes pieds tout briochés.

En gros, au premier abord, quand tu les vois tous les deux, tu vois bien qu’ils ne peuvent pas se renier. (Et comme je ressemble également énormément à mon papa, ça forme un trio au physique de rêve quoi…).

Et si ça ne s’arrêtait qu’au physique…

Mais non, ça va plus loin, beaucoup plus loin!

Zarico pousse le vice jusqu’aux mimiques directement inspirées de son Papyben.

Tout commence le matin. Quand je vois sa tête au réveil, ce regard d’ours mal léché, je revois mon papa quand je me levais le matin avant de partir au lycée. Les yeux tout bouffis par le sommeil, le regard tout plissé, mon Zarico marche au radar comme son Papyben jusqu’à ce qu’il ait avalé son biberon (café pour mon papa, il ne boit plus de biberon hein!).

Zarico comme son PapyBen, il aime jouer avec les ongles de main des autres (longs de préférence). Il passe son doigts en dessous et s’amuse avec. Il les triture, les gratte, les retourne et ça l’éclate.
Je me rappelle des soirées télés (encore aujourd’hui d’ailleurs), où mon papa nous choppait la main, à ma soeur et moi et jouait avec nos ongles.
Lorsque notre Zasticot fait ça et que je vois qu’il a déjà choppé le coup, ça me fait juste fondre!

Comme son PapyBen, le Zasticot il ne faut pas trop le chercher, sous peine de te faire enguirlander comme du poisson pourri. Il ne faut pas le déranger quand il est occupé, sinon il râle. Mini Monsieur a ses exigences et son foutu caractère, directement hérité de son grand-père (et de moi au passage). Alors que ce soit moi, ou bien un nounours qui traîne, ou encore son chariot en bois qui a décidé de ne pas rouler quand il le décide, chacun en prend pour son grade!

Et ça ne s’arrête pas là!

Zarico a même pris la fâcheuse tendance à grincer des dents… Comme son PapyBen (je pense que tu as compris maintenant)! Tout le temps… Et crois-moi c’est minant. Là, pour le coup,  j’aurais aimé qu’il ne prenne pas ce point commun.

Tu l’auras compris, mon Zarico c’est un mini PapyBen. Et ça, ça me rend juste super fière.
Parce que même si mon papa, ce n’est pas le roi de l’expansivité des sentiments, c’est quelqu’un de profondément gentil avec plein d’humour (qu’on ne comprend pas toujours).
C’est quelqu’un qui cache ses ressentis mais qui parfois sait se laisser aller. C’est rare, je le conçois, mais quand ces moments arrivent, c’est un milliard de fois plus émouvant.
C’est quelqu’un sur qui tu peux compter, à qui tu peux tout demander, même si il râle un peu beaucoup car n’oublions pas qu’il a « l’apparence d’un ours » comme il aime le répéter .
Même sous ses airs bourrus, mon Papa, c’est quelqu’un de formidable qui nous fait toujours rire aussi souvent qu’il nous fait bouillir!

Mon papa, finalement, c’est juste un ours au cœur en chamallow que tu vois fondre, littéralement, quand il voit son petit fils!

PicsArt_1398347223103

Quand j’y pense, j’espère juste que mon Zarico,  une fois adulte, sera un peu comme son PapyBen.
J’espère qu’il saura garder son âme d’enfant, qu’il oubliera de vieillir juste ce qu’il faut pour rester quelqu’un de rigolo, qui sait s’amuser, être gentil, tout en sachant dire « merde » à ceux qui l’embêtent.

Peut être qu’au fond, je veux qu’il soit comme son PapyBen parce que moi aussi je suis comme lui, tout simplement…

 

(je ne te dis pas si il lit ce billet, comment qu’il va prendre la grosse tête. Je sais déjà comment il va réagir : même si ça va lui faire plaisir, il ne le dira pas, il va plaisanter et se moquer, parce que c’est mon papa et qu’il est comme ça (ça c’était une giga parenthèse.).) 

CA VOUS A PLU???
REJOIGNEZ-MOI SUR FACEBOOK!

 

Publicités

Un commentaire sur « La goule à son Papy »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s