Publié dans Humeurs

Mumcha et le burn out

Bon là, j’abuse, je le sais… Ne croyez pas que je ne vous aime plus… Non, non loin de là, je suis juste balade! Pardon ma-la-de!

Je me suis laissée submerger par la fatigue et le stress que je tente d’enfouir depuis des mois (des années?). Mais forcément, bien que je sois une super maman, il y a un moment où le point de non-retour débarque…
Quand on devient maman, enfin pour ma part en tout cas, on s’oublie, ça vous le savez déjà puisque je vous en ai déjà parlé maintes et maintes fois. 

Aujourd’hui je me noie, je n’ai plus de patience, plus de courage, plus de force… Je me rends compte que j’ai dévalé une sacrée montagne qu’il va falloir remonter si je ne veux pas perdre totalement pied.

Il y a des moments où tout te tombe dessus à force de te taire et d’enfouir. Et là, c’est pile le cas pour moi. Je pense qu’on a tous au moins une fois vécu ça, c’est humain, on le gère plus ou moins bien. Pour ma part ça ne m’était pas arrivée depuis que nous avons perdu notre fille…

Tant physiquement que moralement, là, la Mumcha, elle explose… Et ce n’est pas bon d’être à côté!

D’habitude quand quelqu’un est malade, il pense à lui, il se repose, il dort et se soigne.
Le hic quand tu deviens maman c’est que tu n’es plus « quelqu’un » tu es justement « maman ». Et maman, c’est un métier qui ne s’arrête jamais.
Il n’y a pas de 35h ou de RTT qui tiennent. Tu peux donc oublier Week-end et jours fériés, et, qui plus est, le fait de te reposer lorsque tu es malade. Il n’y a pas de récup’… Le bébé n’est pas comme le patron, on ne peut pas le laisser dans un coin et l’ignorer jusqu’à ce qu’il soit plus en condition!

Donc, même si tu es en état de loque totale, le bébé monstre ne va pas se mettre en mode pause pour tes beaux yeux!
Le bébé aura toujours besoin de toi, il n’aura jamais pitié de toi… Oui le bébé peut être machiavélique et décider de ne te laisser aucun répi alors que d’habitude, au quotidien, il est calme, calinours et charmant…

 

D’ailleurs, pendant que j’y pense, ça pourrait être cool d’avoir des « arrêts maman » un peu comme les arrêts de travail mais pour « mum burn outée »… J’y penserai quand je deviendrai maître du Monde… T’en penses quoi?

Bref, je suis malade, à bout nerveusement et je me retrouve avec un bébé surexcité, qui n’en fait qu’à sa tête, et… Qui est tombé malade à son tour…

Double maladie, double boulot en gros. Moi qui ait une patience plus que limitée, quoique avec le Zarico les choses se sont pas mal arrangées (bon ok, qu’avec lui) mais là, nan là s’en est trop…

Mes journées tournent en boucle :
* il ne dort pas, il pleure, je ne dors pas, je le calme, il se rendort, je suis prise d’une quinte de toux, il ne dort pas, il pleure, je ne dors pas, je le calme… Ainsi de suite…
* je suis stressée, il le ressent, s’énerve, crie, pleure, ça me stresse, il le ressent, s’énerve, crie, pleure… Ainsi de suite…
* il ne mange pas, il ne boit pas, ça me stresse (se référer au point du dessus)… Ainsi de suite…

Je ne me repose pas, je suis deux fois plus fatiguée alors que je suis cloîtrée chez moi. Dire que j’arrive à penser que je suis bien plus tranquille au boulot (si un jour, on m’avait dit que j’écrirais ça…)

Je suis au bord de la crise de nerfs (oui je radote). Mais aujourd’hui je me suis retrouvée à crier sur mon tout petit Zarico, je m’en suis rendue malade… Quandj’ai vu sa toute petite tête me regarder, j’ai éclaté en sanglot… Et lui? Lui, il rit (c’est au moins ça)…

Bref, aujourd’hui vous l’aurez compris, c’est une Mumcha moins drôle, moins enjouée et fatiguée qui vous écrit… J’en avais besoin, je voulais vous faire partager ce genre de moment, où, tout comme les grand(e)s hommes/femmes d’affaires, les mamans aussi elles pètent un plomb.

Du coup, j’ai décidé de prendre du temps pour moi. C’est aussi important pour moi que pour Zarico… Je nous ai construit un monde à deux, un monde où il n’y a que lui et moi. Plus rien ne compte à part lui et il faut avouer qu’à force ça a tendance à détruire pas mal de chose…
J’ai oublié mes amis, j’ai oublié ma féminité, je me suis oubliée, j’ai parfois même oubliée mon couple.

Aujourd’hui j’ai fait le lourd constat, grâce à des gens qui comptent énormément pour moi, que oui je me suis oubliée, oui j’ai mis des barrières pour me protéger et pour créer cette espèce de monde bipolaire entre mon fils et moi.

Alors oui, certains diront, vous pourrez même le lire sur beaucoup certain blog ou l’entendre de certaines mamans que c’est génial de vivre une expérience exclusive avec son enfant. Qu’il ne doit avoir que vous et que vous ne devez avoir que lui, que c’est comme ça, qu’il faut le meilleur pour son enfant et que le meilleur c’est vous.

Peut être pour elles, mais pas pour moi.

Parce qu’au bout d’un an, à vouloir faire ça, ça m’a bouffée, ça m’a transformée et je suis devenue cette maman hyper stressée… Je suis une maman oui, mais je veux aussi être/redevenir une femme.
Donc oui, pour lui comme pour moi, pour que tout soit plus sain, pour que les mauvais électrons s’évadent de notre chez nous, je vais apprendre à me reposer et à vivre aussi un peu pour moi (un tout petit peu pour le moment).
Tout simplement parce que Zarico a aussi besoin d’une maman sereine, zen et pleine de bonne humeur et non d’une maman qui s’occupe certe de lui à 100% mais qui est renfermée, fatiguée et pleine de barrières….

Publicités

17 commentaires sur « Mumcha et le burn out »

  1. Oui pas facile, pas facile du tout.
    Prendre du temps pour soi est primordial on n’imagine pas à quel point!
    Ici je viens d’avoir mon troisième enfant, il y a des jours avec et des jours sans mais la fatigue me fait douter et me mine. Car comme toi c’est un cercle, fatigue, stress, pas dodo donc fatigue…
    Prend du recul, et fait attention à toi avant tout. Le reste suivra tout naturellement ensuite!
    Courage 🙂

    1. Merci beaucoup pour tes encouragements! Quand je vois comme je suis fatiguée avec un enfant qui plus est plutôt calme, tu forces mon admirations! Et dire que je veux une grande famille!

  2. j’ai les larmes j aurais pu écrire ça ! sauf que !!!! 5 gnomes ici de 6 mois a 10 ans !! tes mots raisonnent ! tes mots me blessent car c est ce que je vis auj ! et j ai honte et je culpabilise de ne pas reussir à être zen, de ne pas reussir a redevenir ce moi d avant …

    1. J’ai longtemps été comme toi, et la culpabilité est toujours là, crois-moi. je me sens horrible de penser ce genre de choses alors que j’ai eu tant de mal à l’avoir ce petit bout. Mais même si je m’épanouis dans mon rôle de maman, je me détruis aussi en m’oubliant en tant que femme… Il faut arriver à trouver le bon équilibre et ça ne m’a pas l’air simple, tant la société te ramène au rôle que tu dois tenir : celui de mère un point c’est tout!
      Il faut juste arriver à lever les tabous, choses parfois inconcevable et pour ça il faut qu’on se déculpabilise et qu’on chasse cette honte (plus facile à dire qu’à faire)

    1. C’est ce que tout le monde me dit alors j’essaie de déculpabiliser. Pas facile dans un monde, où, aujourd’hui, « maman » rime avec « épanouie »

  3. Juste un pti mot pr un peu de reconfort….moi aussi je ne vis que pr mes enfants pr te dire en 6ans de vie commune on s est retrve une fois a partir un week en amoureux. J ai fait le choix de prendre un conge parental pr le second. Etj je peux tt a fait comprendre tt ce que tu enumeres .mais je pense que c est normal de craque c humain !et puis faut arrive en parle autour de toi pr pas sombrer…:/ meme si ca parait difficile essaie de prendre soin de toi cr tu m as l air au bout du craquage…tu es une top maman n en doute pas ! 🙂 ton texte m a bcoup touche reste forte et garde ton sourire et n oubli pas que ton zarico tm . Courage.

    1. Merci Stéphanie, ton message me touche! Maintenant que les mots ont été posés sur le problème tout s’éclaire! Il n’y a plus qu’à se donner les bons coups de pieds!

  4. Zarico a de la chance, sa maman se pose plein de questions, de bonnes questions et elle a compris que pour être « une bonne mère » (avec l’accent 😉 ) il faut être avant tout une femme épanouie 🙂 Vous tenez le bon bout tous les 2 🙂

    1. Merci! Je l’ai prononcé avec l’accent et ça m’a fait rire! Je pense qu’il fallait en prendre conscience maintenant le tout c’est de s’y tenir et de ne pas retourner dans cette routine à deux!

  5. J’ai pris le temps de tout bien lire car ça me semblait si important… Je ressens ta détresse, ton épuisement, ton mal-être…mais aussi cette volonté de t’en sortir pour toi, pour lui. La question qui me vient immédiatement à l’esprit: un « tiers » (homme, amie, famille) ne peut pas venir à ta rescousse au moins une demie journée par semaine? Histoire de t’échapper, d’aller respirer, de prendre soin de toi, de sortir la tête du guidon…
    J’espère de tout coeur que cet appel à l’aide sera entendu, je t’envoie tout pleins de pensées positives et des gros bisous Prout 🙂

    1. Merci ma petite Prout =)
      Il y en a des « tiers » lol, à la pelle même, mais je ne suis pas du genre à demander de l’aide, quoique là, il faut que ça change, en effet! D’ailleurs, toutes cette prise de conscience s’est faite grâce à de très bonnes amies qui ont lancé la sonnette d’alarme, je ne pense pas qu’elles vont me lâcher de sitôt!
      Gros bisous!

  6. Ton article fait écho en moi… Mon bouchon vient d’avoir 1 an… 1 an sans une seule nuit complète, 1 an à se réveiller 10 fois par nuit… 1 an avec très peu de siestes… Les premiers mois si difficiles avec ce bébé dur à comprendre, qui avait tant besoin de moi, ont créé une bulle autour de nous deux.
    Mais depuis quelques temps, petit à petit j’essaie de sortir de cette bulle… prendre un peu de temps pour moi, même si ce n’est qu’1h de zumba par semaine. Car j’en suis arrivée à un point qui me fait souffrir. J’aime cette relation très forte avec mon bébé, mais mon couple n’existe plus et je passe mes week end a accabler mon mari… J’ai été trop loin le week end dernier, ça m’a fait un choc de me « voir » ainsi…. et mon bébé témoin de mes cris, de mon pétage de câble.. Non plus jamais.
    On les aime nos enfants, mais c’est dur parfois… et vient un moment où on a besoin de se retrouver 🙂

    Je t’envoie plein d’ondes positives!

    1. Je me retrouve tellement dans ce que tu dis… Dans mon couple, ce n’est pas la joie non plus. Tout ne se rapporte plus qu’à des cris ou des reproches. Je sors les griffes dès qu’on me parle de mon fils ou de ma relation que j’ai avec lui et c’est pire si c’est mon conjoint qui s’en mêle!
      Bref, ça fait du bien d’entendre qu’en fait nous ne sommes pas seules!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s